AGISSONS ENSEMBLE

Exprimez-vous et bâtissons ensemble un projet pour notre territoire

bouton exprimez vous 01

IMMIGRATION

“L'immigration ne doit pas être une charge pour la nation, mais un atout.”

CONSTAT

La crise économique et sociale ; taux de chômage de l’ordre de 10%, très supérieur à la moyenne de l’Union européenne, les déficits budgétaires et sociaux records, l’insuffisance de la construction de logements ne permettent plus l’accueil des nouveaux arrivants dans de bonnes conditions

Le gouvernement socialiste a baissé la garde en matière de contrôle des flux migratoires depuis 2012. Il y a des lieux en France où le sentiment d’appartenir à la même nation s’est disloqué. Les replis identitaires avancent et l’intégration recule.

NOS ENGAGEMENTS

Comme dans de nombreux pays occidentaux, la France est en droit de choisir qui peut la rejoindre, d’exiger des étrangers qu’ils se plient à ses lois et à ses coutumes. L’unité nationale implique une autre politique de l’immigration.

L'immigration ne doit pas être une charge pour la nation, mais un atout. Nous devons endiguer l'immigration clandestine et réguler l'immigration légale afin que chaque installation d'étranger dans notre pays soit une réussite.

1 - Réduire l'immigration légale au strict minimum

  • Inscrire dans la Constitution le principe de quotas fixés par la loi, plafonnant le nombre de titres de séjour pouvant être délivrés chaque année au titre de l'immigration professionnelle et familiale, en fonction des capacités d'accueil de la France et des capacités d'intégration des demandeurs.
  • Restaurer notre souveraineté migratoire en renégociant les directives européennes chaque fois qu'elles l'entravent et, si nécessaire, ré-adhérer avec réserves à la Convention Européenne des Droits de l'Homme si la Cour européenne persiste à en faire une interprétation restrictive.
  • Abroger les récentes réformes législatives élargissant inconsidérément l'accès automatique ou quasi-automatique à la nationalité française,  réformes irresponsables dans le contexte actuel de fraude massive en la matière.
  • Durcir les exigences du regroupement familial et refuser la délivrance des titres de séjour pour raisons familiales en l'absence de perspective sérieuse d'intégration (tenant compte notamment des ressources, du logement, de la couverture sociale, de la maîtrise de la langue française, du respect des valeurs de la République et du projet de vie en France).

2 - Faire en sorte que l’immigration ne soit plus une charge

  • Ne verser les prestations d'allocations familiales ou d'aide au logement qu’à ceux qui résident régulièrement en France depuis plus de 2 ans. Les prestations de sécurité sociale ou d’assurance chômage continueront à être versées à ceux qui cotisent.
  • Supprimer l'Aide Médicale d'Etat et la remplacer par une dispense de frais de santé limitée à la prise en charge des mineurs, des urgences et des maladies infectieuses, dans les établissements de santé agréés.
  • Faire financer la politique d'immigration et d'intégration par les ressortissants étrangers plutôt que par le contribuable français, en augmentant sensiblement les frais de dossier, les taxes de titres de séjour et les frais d’octroi de la nationalité française.

3 - Mettre un coup d'arrêt à l'immigration clandestine et au détournement du droit d'asile

  • Obliger les étrangers à présenter leur demande d'asile dans les 15 jours de leur entrée sur le territoire. Les demandes tardives seront examinées en procédure accélérée.
  • Traiter les demandes d'asile en 4 mois maximum (contre 11 mois en moyenne aujourd'hui), appel compris, en renforçant les moyens de l'OFPRA et de la CNDA, en réduisant le délai de recours à 15 jours et en luttant contre les abus de procédure.
  • Cesser de financer les nuitées d'hôtel des demandeurs d'asile et les héberger exclusivement dans des centres dédiés, gérés par l'Etat ou, sous son contrôle direct, par des prestataires indépendants.
  • Placer en rétention les demandeurs d'asile présentant un risque de fuite, en particulier les ressortissants de pays d'origine sûrs et demande abusive, et prévoir que les décisions de refus d'asile valent automatiquement obligation de quitter le territoire français.
  • Eloigner systématiquement les étrangers en situation irrégulière en restaurant le principe du placement en rétention, y compris pour les familles (dans des centres adaptés), en portant la durée maximale de rétention administrative de 45 jours à 6 mois et en sanctionnant les pays non coopératifs dans la délivrance des laissez-passer consulaires par la réduction des visas délivrés à leurs ressortissants et de l'aide au développement. L’éloignement des déboutés du droit d’asile doit être une priorité, notamment en notifiant les décisions de refus d’asile dans les centres d’hébergement.
  • Réformer en profondeur le contentieux des étrangers, pour empêcher les demandes successives de titres de séjour à des fins dilatoires, en réduisant les possibilités de suspension des mesures d’éloignement et en prévoyant que le juge statue définitivement par une décision unique sur le droit au séjour en France.
  • Abroger sans délai la circulaire Valls sur les admissions exceptionnelles au séjour.

4 - Refonder le traité de Schengen

  • Renégocier le code frontières Schengen pour autoriser des contrôles ciblés dans des zones de vulnérabilité des frontières intérieures, aussi longtemps qu'il existe un risque d’afflux d'étrangers clandestins.
  • En cas de défaillance d'un Etat membre dans le contrôle des frontières extérieures de l'Union, mettre en œuvre une procédure de sauvegarde permettant de l'exclure temporairement de l'espace Schengen et de remettre à niveau son dispositif de contrôle.

5 - Réserver la nationalité française aux étrangers clairement assimilés

  • Porter à 5 ans la durée minimale de vie commune avant l'acquisition de la nationalité par les conjoints de Français et à 8 ans la durée minimale de résidence en France pour être naturalisé.
  •  Subordonner l'acquisition de la nationalité française à la majorité aux conditions suivantes : respect de l'obligation scolaire au cours des périodes de résidence en France ; absence de condamnation pour un crime, un délit grave (passible d'au moins 3 ans de prison) ou pour outrage à l'hymne national ou au drapeau tricolore ; condition de résidence continue ou discontinue en France de 8 ans depuis l'âge de 6 ans (au lieu de 5 ans depuis l'âge de 8 ou 11 ans) ; manifestation de volonté expresse et solennelle de l'intéressé, par le dépôt d'une déclaration. L'administration pourrait décider de s'opposer à l'octroi de la nationalité et soumettre l'étranger à un test d'assimilation en cas de doute (notamment lorsque les parents sont en situation irrégulière).
  • Mettre fin aux abus du droit du sol dans certains territoires d'Outre-mer en conditionnant le droit du sol à une condition de régularité de séjour d'au moins un parent pendant la période de résidence habituelle de l'enfant prise en compte pour l’acquisition de la nationalité.

S’ENGAGER SUR LE TERRAIN

Défendez vos idées sur le terrain et organisez la campagne près de chez vous

bouton benevole1 01bouton referent1 01bouton don 01

AGIR ENSEMBLE POUR NOTRE TERRITOIRE

TOP